Centre Wallon d' Art Contemporain

A venir...

Reciprocity -  Laurence Dervaux, "Les invités de notre invités sont nos invités"

Du 06 octobre au 11 novembre 2018 - vernissage le 05 octobre à 18:30

Dans le cadre de Reciprocity, triennale internationale du design et de l’innovation sociale, La Châtaigneraie invite l’artiste belge Laurence Dervaux. Elle investit une partie de l’espace avec une installation relative à la fragilité de l’humain. En résonnance avec le thème de la triennale qui aborde notamment la notion d’accueil, Laurence Dervaux formule à son tour une invitation. Elle convie des jeunes artistes afghans, belges, français et syriens pour créer un dialogue artistique pluriculturel autour du même thème. Ce projet est né du désir de Laurence Dervaux de répondre concrètement et activement aux thématiques relatives aux mouvements de populations et à l’ouverture à l’autre.

Les artistes invités :
Abdullah Al Hakawati, Benoit Bastin, Priscilla Beccari, Sulafa Hijazi, Omar Ibrahim, Kubra Khademi, Charlotte Louage, Olivia Mortier, Laurent Quillet, Mirella Younes
Soulignons que la plupart des artistes belges et français, sont d’anciens étudiants de l’atelier de Laurence Dervaux à l’ESA Académie des Beaux-Arts de Tournai.

Commissariat et scénographie de l’exposition : Laurence Dervaux

Daniel MICHIELS

Du 24 novembre au 14 décembre 2018 - vernissage le 23 novembre à 18:30
Et du 08 au 20 janvier 2019

Né à Bruxelles en 1952, Daniel MICHIELS réalise ses premières photos en 1979. Dès 26 ans, il s’installe sur les hauteurs de La Roche-en-Ardenne (Berismenil). Cette région d’adoption devient son thème de prédilection (exposition « Ardenne restante »). Il traite de l’habitat rural (Prix de la RTBF en 1987), des agriculteurs (Archive de Wallonie en 1985). Peu à peu, il va élargir son champs d’investigation, il mêle le portait, le paysage et les scènes diverses (« Et alors ! », 2007). Son travail est très largement inspiré par son quotidien, il photographie son entourage immédiat : meubles, escaliers, chaises… Les portraits qu’il réalise, sont également ceux de son entourage. Son exotisme, il le vit à Liège, Bruxelles ou Verviers. Ses photographies immortalisent un endroit où il se trouvait à un moment donné… Il s’attache à rendre l’Ardenne irréelle, intemporelle, belle et touchante, sans aucune mièvrerie.